Le varroa

Publié le 26 Avril 2021

Le varroa vu au microscope, ah la sale bête !

Le varroa vu au microscope, ah la sale bête !

Le varroa

Nous revoilà dans le Sud sous des températures presque idéales pour ouvrir les ruches sans choc thermique pour les couvains.

Notre tâche est double : dans la nuit pratiquer la transhumance et dans la journée, vérifier les couvains pour voir s’ils ne sont pas infestés par le *varroa.

Le varroa : acarien parasite de la taille d’une tête d’épingle aux pattes à ventouse qui saute sur l’abeille lors du butinage. Il vient s’introduire dans les alvéoles avant qu’elles ne soit refermées et il grignote les larves qui en naissant sont difformes et viennent à mourir.

Pour procéder au repérage des varroas, on pose un petit carré de buvard imprégné d’un produit sur une feuille A4 badigeonnée d’huile alimentaire. Puis on introduit ce papier à l’entrée de la ruche. Au bout de 24h, on vérifie sur la feuille si les varroas morts y sont collés. Si la colonie est infestée, on refait la même opération plusieurs fois jusqu’à ce qu’il disparaisse.

En ce qui concerne la transhumance elle n’a pu se faire car dans les mi-hauteurs de la montagne, la température prévue est toujours trop faible. Peut-être dans une semaine...

Découpe des petits buvards

Découpe des petits buvards

Introduction de la feuille devant la porte d'entrée de la ruche.

Introduction de la feuille devant la porte d'entrée de la ruche.

Les butineuses qui arrivent chargées de leur sac à dos plein de pollen. Ne sont elles pas mignones ?

Les butineuses qui arrivent chargées de leur sac à dos plein de pollen. Ne sont elles pas mignones ?

Rédigé par Isabelle Henault

Publié dans #mission

Repost0
Commenter cet article